Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Rassemblement citoyen Pour Boissy

Edito de la semaine

Edito de la semaine

Boissy-Saint-Léger, ville impériale, entourée de forêts et de châteaux, terminus du RER A, située à moins de 30 mn du centre de Paris, se dégrade au fil des années et a perdu de son attractivité. Les récentes attaques contre notre commissariat, les fusillades dans la Haie Griselle et l’ampleur du trafic de stupéfiants dont les médias se sont largement faits l’écho font que le nom de Boissy-Saint-Léger est trop souvent associé à l’insécurité. La multiplication des dépôts sauvages laissés parfois en place plusieurs semaines, l’insalubrité des quartiers Gare et de la Haie Griselle et la présence maintes fois vérifiée de rats sont autant de constats qui ne reflètent pas d’une commune agréable à vivre et d’une ville qu’on a envie de venir visiter.

Même si les travaux de la déviation approchent de leur fin, Boissy reste toujours coupée en deux par la RN19 ; ses trottoirs sont étroits et sa traversée des plus dangereuse. L’inadaptation de la gare routière, les retards accumulés en matière de réaménagement de la circulation des bus, le manque d’éclairage, de balisage et de protection pour les piétons ont récemment eu des conséquences tragiques. Comment peut-on vouloir faire venir au moins 650 nouvelles familles dans un nouveau morceau de quartier qu’on a dénommé La Charmeraie alors que l’image de la ville manque désormais cruellement de charme ?

On peut donc légitimement s’interroger sur l’origine de cette détérioration de l’image de notre commune.

La municipalité actuelle a-t-elle baissé les bras ? Se cache-t-elle derrière le fatalisme et renvoie-t-elle la délinquance et les incivilités aux Boisséens eux-mêmes ? Ne prend-elle aucune responsabilité dans cette montée de l’insécurité, de la violence, de l’insalubrité ? A-t-elle mis en œuvre tous les moyens à sa disposition que pour ces fléaux cessent ? A-t-elle tout fait pour opérer le retour de certains jeunes en déshérence vers la scolarité ou l’emploi ? A-t-elle pris les mesures nécessaires (verbalisations, communication, prévention…) pour faire cesser les jets de déchets sur la voie publique, d’ordures par les fenêtres, de pain aux abords des lacs, laissant ainsi les rats et les pigeons proliférer ? A-t-elle aménagé les espaces afin d’empêcher les rodéos de deux-roues ou de quads ?

Pourtant, en 2008, puis en 2014, nous avons cru que la situation s’améliorerait puisque le maire, nommé vice-président de la CAHVM puis de GPSEA, avait en responsabilité la propreté urbaine et la collecte des déchets. Hélas, avez-vous vu une fée du logis venir mettre un terme à la saleté de notre ville et à l’insécurité ? On dit souvent que les cordonniers sont les plus mal chaussés ; notre ville en est un triste exemple.

Les Boisséens attendent que nous leur apportions des solutions. Comme nous, Rassemblement citoyen pour Boissy, ils se refusent à tomber dans le fatalisme et à baisser les bras. Des solutions ont fonctionné dans de nombreuses villes de France ; elles fonctionneront aussi à Boissy.

Pour combattre l’insécurité et les trafics, nous relancerons le dialogue avec la police nationale, les services de justice (pour que les auteurs d’incivilités puissent notamment réparer leurs erreurs par des travaux d’intérêt général aux côtés des agents de la propreté), les bailleurs, les syndics et une équipe de médiateurs fonctionnelle.

Nous réunirons régulièrement les groupes de travail prévus par le Comité local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD). En 6 ans, ce CLSPD n’a été réuni qu’une seule fois par le maire sortant, suite aux fusillades de 2019, et, depuis…, plus rien !

Nous renforcerons la police municipale, complèterons ses effectifs (le nombre d’agents prévu n’y est pas), et ferons assermenter la majorité de ses agents (actuellement les ASVP – agents de surveillance de la voie publique - sont souvent plus nombreux que les policiers assermentés). Nous redéfinirons ses missions pour lutter contre toutes les formes d’incivilités. Nous en ferons une police de l’environnement, de la propreté et du stationnement. Car, oui, ils continueront de s’occuper du stationnement car nous devrons aussi lutter contre le stationnement sauvage qui met en danger les usagers des trottoirs et des pistes cyclables.

Nous équiperons la police municipale du matériel nécessaire à l’accomplissement de ses missions et notamment de matériel de vidéo-surveillance qui sera installé dans tous les lieux sensibles aux incivilités et à la délinquance. Pour cela, une coordination s’avèrera indispensable avec la police nationale.

En parallèle, nous créerons de nouvelles places de parking, notamment en centre-ville où nous mettrons certaines rues identifiées en « zone blanche » afin que les riverains ne disposant pas de place de stationnement dans leur propriété puissent trouver à se garer près de chez eux. A la Ferme, nous recréerons les places de parking supprimées pendant les travaux de la déviation, ce qui n’est pas prévu à ce jour, bien au contraire car une bonne partie du parking actuel doit même devenir un espace vert.

Avec le Département, nous requalifierons l’ancienne RN19 en boulevard urbain apaisé avec des trottoirs élargis, des pistes cyclables et des traversées sécurisées.

Nous savons qu’une étude a été menée pour sécuriser la gare routière ; nous l’analyserons et vérifierons que tous les changements proposés apporteront une réelle sécurisation.

Nous reverrons ensuite l’éclairage de nombreuses artères de notre ville, parfois trop fort dans certains quartiers au point d’éclairer l’intérieur des logements, parfois très insuffisant ou absent dans d’autres.

Nous renforcerons également tous les dispositifs de prévention et de sécurité routière, notamment à destination des plus jeunes et des seniors.

Enfin, nous améliorerons, avec le Territoire GPSEA, la fréquence d‘enlèvement des déchets sauvages signalés et de nettoyage de certaines rues. Nous reverrons dans toute la ville le système de collecte des déchets ménagers et mènerons les études nécessaire pour procéder à l’enfouissement des conteneurs partout où ce sera techniquement et financièrement possible.

Dans toute la ville et notamment dans le Centre et le quartier de la Gare, nous remplacerons les espaces sujets aux amoncellements de poubelles par des massifs fleuris mais prévoirons les aires de stabulation appropriées pour les riverains et les commerçants.

Une ville plus propre, plus attentive à ses piétons et plus sécurisante pour ses habitants redeviendra une ville où il fera bon vivre avec sa famille et une ville attractive.

Nous, Rassemblement citoyen pour Boissy, avons les compétences dans notre équipe et les solutions pour changer l’image de notre commune. Et nous n’attendrons pas les derniers mois avant les élections municipales de 2026 pour lancer les chantiers prioritaires. Nous devons le faire et nous le ferons !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article