Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Rassemblement citoyen Pour Boissy


Conseil Municipal du 14 octobre 2015

Depuis des siècles il est dans la logique de PARIS d’agrandir son territoire toujours trop petit et notamment aujourd’hui où la compétition est rude entre les capitales mondiales. Il est donc normal que PARIS ait un projet de développement économique, l’obligation d’améliorer les réseaux de transport ainsi que ses infrastructures. C’est pour cela que cette grande métropole de Paris est devenue une figure administrative imposée par le précédent président, puis accommodée à la sauce du nouveau président qui la réimpose aux collectivités territoriales obligées de transférer leurs compétences et de modifier, une fois de plus, leur organisation et le lieu du siège de la nouvelle entité sans que les citoyens et même leurs représentants élus n’aient eu leur mot à dire.
Sachant que nous ne pourrons élire, directement, les représentants du Grand-Paris, je regrette que « l’entre-soi » et la technocratie priment sur la démocratie directe et que les millefeuilles, en s’empilant inexorablement deviennent des pièces montées indigestes.
Par ailleurs, j’espère que Paris saturé sur le plan de l’habitat ne viendra pas chercher à BOISSY ST LEGER les m2 nécessaires à sa population.
Ce soir, nous devons donner un avis. Quelle belle idée que de nous demander un avis après la bataille ou en cours de bataille entre les villes concernées par ce périmètre. En effet, sur 18 communes, seules 4 villes Boissy-St-léger-Bonneuil-Créteil et Alfortville ont approuvé. Quid des 14 autres villes ? Et bien, elles ne sont pas d’accord avec cette configuration imposée par le préfet et par un parti politique qui ne veut pas perdre la main. Deux d’entre elles veulent aller où bon leur semble et les autres, toutes de la même sensibilité politique, veulent la gouvernance. Que devons- nous espérer, nous les citoyens, de ces combats de pure tactique politicienne? Comment les intérêts de Boissy seront-ils défendus ?
J’aurais pu voter « pour » car c’est le rôle du politique que de prévoir à 20 et 30 ans l’avenir d’un territoire mais compte tenu des rivalités et intérêts personnels de court terme, j’ai décidé de voter « contre ».

Mauricette HUBNER pour le Groupe Rassemblement CitoyenMauricette HUBNER pour le Groupe Rassemblement Citoyen

Commenter cet article